Olivier, le 01/12/2019

Newsletter.JPG

Qui es-tu ?

Je m'appelle Olivier, j'ai 48 ans, je suis graphiste/illustrateur free lance, animateur en motion-design et créateur de T-shirts. Je pratique le Haidong Gumdo pour la 5ème année !

Première fois que tu pratiques un art martial ?

Non, j'ai pratiqué pendant 10 ans le Tai Chi Chuan et les armes chinoises mais j'ai un peu fais le chemin à l'envers. Habituellement, un pratiquant commence par les arts martiaux externes et termine par les arts martiaux internes, moi c'est l'inverse.

Comment as-tu découvert le Haidong Gumdo et qu’est-ce qui t’a motivé pour rejoindre le dojang ?

Au forum des associations à Paris 17. J'avais arrêté le Tai Chi à la naissance de mon fils pour m'occuper de lui à la maison et après 2 ans d'inactivité sportive, je me suis mis à la recherche d'une nouvelle activité physique. A la base, j'étais plutôt parti pour pratiquer le tir à l'arc que je pratiquais de temps en temps. En fait, je cherchais une discipline martiale plutôt axée sur les armes sans trop savoir ce qui existait vraiment. De manière générale, les arts martiaux n'utilisent les armes qu'en complément de la discipline, à part, bien sûr le Kendo mais qui ne m'attirait pas plus que çà. Donc, au forum des assos, je tombe sur le Dojang avec cette petite bande de warriors qui dénotait dans le paysage avec leurs tenues noires super classe et leur bonne humeur. Enfin, un art martial basé sur la pratique d'une arme ! Et du sabre, en plus ! J'ai donc fait un cours d'essai et là j'ai retrouvé plein de sensations que j'avais oublié depuis ma pratique précédente. Le prof était bienveillant et l'ambiance très sympa. J'ai donc adhéré immédiatement.

interview olivier lee.jpg

Qu’est qui te plaît maintenant dans le Haidong Gumdo et dans l’enseignement au sein de ton dojang ?

Ce qui me plaît avant tout, c'est que chacun travaille à son rythme sans pression de résultat. Chacun y cherche ce qu'il a à trouver, ce qui est très différent suivant les individus. Le groupe est très soudé et solidaire. L'enseignement est fluide et cohérent même si la discipline est assez complexe et difficile. C'est aussi très ludique et très subtile. Plus on progresse plus on se rend compte de la complexité de l'art du sabre. J'apprécie beaucoup que Julien, "The Master", ait une vision globale de la discipline qu'il enseigne. Ce n'est pas simplement un apprentissage de maniement d'une arme, mais les postures, la vitesse, la détente, la respiration font que l'être entier est soumis au changement et je suis sûr que cela à des répercussions dans notre quotidien.

Qu’est-ce que le Haidong Gumdo t’apporte au quotidien ?

Justement, énormément de choses. Tout d'abord, après 2 ans de pratique, j'ai décidé d'arrêter de fumer pour améliorer mon souffle. A un niveau plus physique, comme je pratique en me donnant à fond, j'ai souvent des courbatures et je découvre de nouveaux muscles que je ne connaissais pas. Sans tomber dans les excès, j'améliore mon hygiène de vie pour gagner en souplesse et en rapidité. Le haidong conditionne beaucoup ma santé physique et m'incite à ne pas me laisser aller. Ensuite, je m'implique beaucoup dans la communication du Dojang pour aider à faire connaître la discipline et lui donner une bonne image. Entre les photos, les vidéos, le graphisme, il y a beaucoup à faire. Récemment j'ai changé le logo du Dojang et au delà de la satisfaction personnelle de ma contribution à la discipline, j'ai adoré que les gens s'en emparent et qu'il devienne une identité fédératrice.

interview olivier tailleur.jpg

Un souvenir, une anecdote à partager ?

Étant assez solitaire dans l'âme, je n'ai jamais vraiment développé la notion de groupe. Mais avec le Dojang, nous avons effectué un stage un Lyon, il y a 3 ans, dans des conditions assez difficiles (aller/retour à 3 camionnettes, dans la journée, avec un stage de 3 heures dans les pattes) et j'avoue que l'on a vraiment bien rigolé. C'est un très bon souvenir qui m'a permis de découvrir les gens avec qui je pratiquais de manière plus personnelle.

interview olivier cho chun se.jpg

D’autres passions, centres d’intérêt ?

Je suis vice président d'une association avec laquelle nous développons des scènes musicales dans notre quartier (Paris 17), nous organisons des événements dans les squares et nous gérons une ludothèque mobile dans le Parc Martin Luther King pour la Ville de Paris. J'en profite, parfois, pour mixer (uniquement en disque vinyle), comme il m'arrive aussi de le faire dans les bars de mon quartier. La musique est une autre de mes passions, je passe beaucoup de temps à chercher des disques et à découvrir de nouveaux groupes pour améliorer ma set list. Je suis aussi un grand cinéphile, je regarde 2 films par jour (toutes époques confondues) et je fais aussi beaucoup d'expos et de musées. Ma vie est très axée sur la culture.

Quelques mots pour la fin ?

"Bon, alors voilà, je voudrais dire à Zezette qu'elle aille directement chez René parce que comme j'ai paumé les clés du camion, on va être emmerdé pour livrer l'armoire."

Le Shmilblick

Coluche

P.S : J'ai toujours rêvé de la placer, celle-là ! C'était donc la bonne occasion !

Haidong !